ADEME Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie

L'ADEME en Île-de-France

Cycle de conférences, cinquième demi-journée : la « collapsologie », une stratégie gagnante pour des territoires résilients ?

Pour cette cinquième demi-journée consacrée à la collapsologie comme démarche systémique d’élaboration de stratégies gagnantes pour des territoires résilients, nous avons eu le plaisir d’accueillir Pablo Servigne.

Conférence « La "collapsologie", une stratégie gagnante pour des territoires résilients ? » de Pablo Servigne

► Présentation de la conférence de Pablo Servigne (PDF - 15.6Mo)

  • Date : 19 octobre 2018
  • Lieu : Halle Pajol, 20 Esplanade Nathalie Sarraute, 75018 Paris

Pablo Servigne est ingénieur agronome de l’Institut supérieur industriel agronomique (ISIa) de Gembloux, docteur en biologie de l’université libre de Bruxelles, chercheur « in(Terre)dépendant » et transdisciplinaire, spécialiste de l’agroécologie, des mécanismes d’effondrement et d’entraide, membre de l’Institut Momentum, cofondateur du concept de « collapsologie », chroniqueur sur Radio France Internationale et auteur ou coauteur de « Nourrir l’Europe en temps de crise : vers des systèmes alimentaires résilients », « Comment tout peut s’effondrer : petit manuel de collapsologie à l’usage des générations présentes », « Petit traité de résilience locale », « L’entraide : l’autre loi de la jungle » et « Une autre fin du monde est possible : vivre l’effondrement (et pas seulement y survivre) ».

À l’aune de l’approche systémique consubstantielle à la collapsologie et de son travail remarqué et salué sur les systèmes alimentaires en temps de crises durables qui a fait l’objet d’un rapport présenté au Parlement européen en 2013 et de son premier ouvrage en 2014, Pablo Servigne a exposé dans un premier temps les risques et mécanismes d’effondrement systémique potentiel des territoires franciliens sur la base d’un état des lieux de la littérature scientifique. Puis il a illustré cette vulnérabilité à l’effondrement et les différentes marges de manœuvre possibles pour construire des issues. Il a aussi esquissé le rôle et le contenu des politiques publiques territoriales pour des systèmes alimentaires résilients. Enfin, il a proposé une préfiguration d’un programme scientifique de recherche collapsologique incluant la dimension fondamentalement cognitive qu’il appelle « collapsosophie ».

Pour aller plus loin :

Séquence de questions-réponses avec le public suite à l’intervention de Pablo Servigne

Table ronde suite à la conférence de Pablo Servigne : « L’alimentation résiliente comme levier du passage à l’action en temps de crises durables ? »

Nous avons ensuite ouvert une séquence d’échanges afin de recueillir les réactions d’un panel de spécialistes au regard de l’intervention de Pablo Servigne.

Nous avons aussi entendu leurs témoignages sur les différentes manières dont ils appréhendent à travers leurs réflexions et actions la question du processus d’effondrement (au sens d’une décroissance subie des flux couplée à une réduction incontrôlée de la complexité des systèmes sociopolitiques et technico-économiques) à travers la construction de systèmes alimentaires comme socle structurant de résilience et vecteur de transformation profonde des organisations humaines.

Nous avons également abordé la dimension fondamentalement cognitive de la collapsologie et de la « collapsosophie ». En particulier, nous avons interrogé les manières dont cette nouvelle science et le besoin physiologique primaire d’alimentation de l’humain pourraient être des leviers efficaces d’élaboration de systèmes alimentaires résilients, de prise de conscience, de réappropriation de sens et de déclenchement de changements de paradigme et de comportement ainsi que de passage à l’action dans un contexte global de succession de crises durables, symptomatiques d’un processus de délitement et d’effondrement déjà en cours et subi.

Avec :

  • Valéry Dubois, journaliste, spécialiste des questions environnementales (modérateur).
  • Hélène Le Teno, directrice transition écologique du groupe SOS et coauteure du Plaidoyer et membre du comité scientifique de Fermes d’avenir, maitre d’œuvre de plusieurs projets d’agroécologie d’inspiration permaculturelle dont Ferme de Cœur d’Essonne de la communauté d’agglomération Cœur d’Essonne.
  • Séverine Millet, cofondatrice de Nature Humaine, spécialiste des dynamiques humaines en lien avec les enjeux écologiques et la dimension psychologique, sociologique et culturelle du changement de comportement.
  • Gene Ricaud-François, psychologue clinicienne, spécialiste du développement personnel et de la psychothérapie familiale systémique.
  • Dorian Spaak, coordinateur général du Projet alimentaire territorial (PAT) de Terre et Cité et du Triangle Vert des villes maraichères du Hurepoix, en partenariat avec la Chambre interdépartementale d’agriculture Île-de-France Ouest et le Champ des Possibles, et les Communautés d’agglomération de Versailles Grand Parc, Saint-Quentin en Yvelines et Paris-Saclay.
  • Ludovic Vaillant, directeur d’études au Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement (CEREMA), partenaire du projet OLICO-Seine, lauréat de l’appel à manifestation d’intérêt 2015 de l’ADEME dans le cadre du Contrat de plan interrégional État-Région (CPIER).

Pour aller plus loin :