ADEME Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie

L'ADEME en Île-de-France

Domaines d'intervention

Bruit

Le bruit constitue pour plusieurs millions de Français la gêne n°1 dans leur vie. Afin de lutter contre ces nuisances sonores, l'ADEME soutient la recherche et le développement sur la réduction des émissions sonores, la limitation de la propagation du bruit et l'isolation acoustique des bâtiments.

Bruit

Contexte

Les nuisances sonores sont citées par une large majorité de Français comme la première gêne à laquelle ils sont confrontés dans leur vie quotidienne. La plus grande partie de ces nuisances provient des transports terrestres et aériens, mais il ne faut pas négliger également les nuisances dues aux activités économiques, industrielles ou de loisirs de même que les bruits de voisinage.

Ainsi, lorsque l’on interroge les Français sur les problèmes qui concernent le plus leur quartier, le bruit arrive au premier rang. En 2013, ils sont 20 % à placer le bruit en première réponse (source CGDD – bulletin de mars 2014).

Action régionale

Afin de lutter contre ces nuisances sonores, l'ADEME soutient la recherche et le développement sur la réduction des émissions sonores ainsi que la limitation de la propagation du bruit et l'isolation acoustique des bâtiments.

Dans ce cadre, la Direction régionale Île-de-France de l’ADEME assure le relais entre le siège de l’ADEME et les acteurs locaux pour la résorption des points noirs du bruit (collectivités gestionnaires d’infrastructures routières, Réseau ferré de France et la Régie autonome des transports parisiens).

Elle contribue également à la prise en compte du couplage isolation thermique/isolation acoustique/air intérieur dans la rénovation des bâtiments, en agissant de manière très transversale dans ces projets mais également sur les zones plus sensibles comme celles des Plans de gêne sonore (PGS) par exemple.

N.B : à compter de 2014, l’ADEME n’apporte plus d’aides pour les opérations de résorption des points noirs du bruit.

Le programme de résorption des Points noirs bruit ferroviaires (PNBf) à Noisy-le-Sec/Bondy : une opération unique par son ampleur

Projet Points noirs bruit ferroviaire à Noisy-le-Sec et Bondy
Webdoc réalisé par SNCF Réseaux (juin 2015)

Il s’agit de la plus grande opération de traitement des PNBf à avoir bénéficié d’un financement public en phase travaux sur le territoire national. Cette opération de résorption est la première de cette importance à être menée de façon indépendante à tout projet de mobilité ou de rénovation urbaine.

La résorption des PNBf à Noisy-le-Sec et Bondy a nécessité le déploiement de travaux sur une période de près de 2 ans. Au terme des travaux, des mesures ont permis de constater une diminution du bruit. Les niveaux sonores ont été abaissés et respectent désormais les objectifs réglementaires de résorption des PNBf.

Au total, le montant global des travaux, estimé à 15,877 millions d’euros, a été financé par l’ADEME, l’État, la Région Île-de-France, SNCF Réseau, la Communauté d’agglomération Est Ensemble et par le Département de Seine-Saint-Denis.

Répartition du financement des travaux pour la résorption des Points noirs bruit ferroviaires à Noisy-le-Sec et Bondy. Voir le descriptif détaillé ci-après

Descriptif détaillé du graphique (PDF - 195.6Ko)

Le Bilan en chiffres

654 logements protégés dont 440 grâce à l’installation des écrans anti-bruit et 214 grâce aux isolations phoniques en façade.

Plus de 750 nouvelles fenêtres posées, financées à 100 % par le projet.

12 écrans anti-bruit installés.

3 km de linéaire d’écrans.

2 ans de travaux de février 2013 à avril 2015.

La Communauté d'agglomération Paris Saclay, lauréat francilien de l’appel à manifestations d’intérêts « PCAET et Bruit »

L’ADEME présente les 6 lauréats retenus dans le cadre de son Appel à manifestation d’intérêts (AMI) « PCAET & Bruit : articulation convergente des actions climat air énergie et bruit », dont la Communauté d’agglomération Paris Saclay. À travers cet AMI, l’ADEME souhaite accompagner les collectivités territoriales qui expérimentent de pratiques de planification et d’aménagement durables, intégrant la réduction du bruit, afin d’encourager et de multiplier ces démarches.

La pollution de l’air et les nuisances sonores constituent des problématiques environnementales et de santé publique particulièrement importantes. Les collectivités doivent intégrer ces préoccupations dans leurs exercices de planification urbaine afin de prévenir et réduire ces nuisances, en particulier via la réalisation des plans de prévention du bruit dans l’environnement et des plans climat air énergie. Afin d’accompagner des expérimentations de prise en compte renforcée du bruit dans les Plans climat air énergie territoriaux (PCAET), en articulation avec d’autres actions sur le bruit, l’ADEME a lancé en juillet 2016 un AMI PCAET & Bruit. AMI non financier, l’objectif était d’encourager des territoires déjà engagés sur ces actions et motivés à approfondir cette prise en compte croisée.

Le projet ALABBRI de la Communauté d’agglomération Paris Saclay a pour objectif de se doter d’un outil d’observation de la qualité de l’air et de l’exposition au bruit (Observatoire) et de concevoir un outil de valorisation des données et d’aide à la décision. Il s’agit d’intégrer ces nuisances aux problématiques d’aménagement durable.
Dans le cadre de cet AMI, ce territoire bénéficiera d’un accompagnement via une Assistance à maitrise d’ouvrage (AMO) spécialisée. Cette AMO aura pour mission de :

  • favoriser l’expérimentation de l’articulation convergente des actions climat air énergie bruit ; notamment via les deux plans PCAET et Plan de prévention du bruit dans l’environnement (PPBE), appliquée à la planification territoriale, au projet urbain et à l’aménagement ;
  • capitaliser et valoriser ces expériences ;
  • encourager et multiplier ces dynamiques collectives permettant une transition énergétique et environnementale durable des territoires par effet pérenne.

Téléchargez l’information presse (PDF - 117.7Ko)