ADEME Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie

L'ADEME en Île-de-France

Contexte

Le secteur des transports représente une part croissante de la consommation d’énergie finale en France (32 % en 2012 contre 29 % en 1990 et 18 % en 1970) et absorbe près de 70 % de la consommation de produits pétroliers. Il est le principal émetteur de CO2 avec 36 % des émissions totales (hors UTCF).

En 2012, la route représente plus de 80 % des consommations du secteur des transports, suivi de l’aérien avec 15 %, puis du ferroviaire et de la navigation intérieure avec un poids très faible (2,8 % et 0,8 % respectivement). Les voitures représentent plus de 60 % des consommations du transport routier, viennent ensuite les véhicules utilitaires légers avec 20 % et les camions avec 15 %, les bus (et autocars) et les deux-roues ont un poids très faible (2,4 % et 1,5 % respectivement).

L’ADEME inscrit ses objectifs d'aides aux transports dans le cadre des missions fixées par le code de l’environnement (articles L. 131-3, R. 131-2 et R. 131-3). Elle a pour mission de susciter, animer, coordonner, faciliter et, le cas échéant, réaliser toute opération ayant pour finalité la réalisation d’économies d’énergie et/ou la réduction des émissions de polluants et de gaz à effet de serre associées au secteur et aux activités de transport.

Le Schéma régional climat air énergie (SRCAE) (PDF - 8.2Mo) et le Plan de déplacements urbains de la région Île-de-France (PDUIF) (PDF - 1.8Mo) – volet transport du Schéma directeur de la région Île-de-France (SDRIF) (PDF - 4.4Mo) – visent à atteindre, à horizon 2020, une réduction de 20 % des émissions de gaz à effet de serre avec une baisse significative des populations exposées à des concentrations supérieures aux valeurs limites annuelles.

Dans le secteur des transports, ces objectifs passent par :

  • la poursuite du progrès technologique, en répondant aux objectifs européens de réduction des polluants (normes EURO) et des émissions de CO2 des véhicules particuliers ;
  • l’intégration de 10 % d’agro-carburants dans les carburants traditionnels d’ici 2015 ;
  • un objectif minimal de 400 000 véhicules électriques ou hybrides rechargeables à l’horizon 2020 ;
  • l’atteinte en Île-de-France des objectifs de report modal du SRCAE et du PDUIF dans un contexte de croissance globale des déplacements estimée à 7 % (+20 % de déplacement en transports collectifs, +10 % en modes actifs – marche et vélo – et -2 % en voiture et deux-roues).

Intégrer le développement durable dans la planification des transports, des déplacements et des aménagements, diminuer le trafic automobile, réduire les impacts énergétiques et environnementaux du transport des marchandises, encourager l’acquisition de véhicules propres… sont autant de pistes d’intervention pour l’ADEME en Île-de-France.