ADEME Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie

L'ADEME en Île-de-France

Cycle de conférences, deuxième demi-journée : fondements théoriques de l'approche systémique et outils d'aide à la mise en œuvre des politiques publiques

Pour cette deuxième demi-journée consacrée aux fondements théoriques de l’approche systémique et à ses outils d’aide à la mise en œuvre des politiques publiques, nous avons eu le plaisir d’accueillir deux conférencières : Valérie Gacogne et Chantal Berdier.

Conférence « La dynamique des systèmes complexes pour les politiques publiques, quelles applications ? » de Valérie Gacogne

Présentation de la conférence de Valérie Gacogne (PDF - 249.3Ko)

  • Date : 28 mai 2018
  • Lieu : Halle Pajol, 20 Esplanade Nathalie Sarraute, 75018 Paris

Valérie Gacogne est adjointe au maire de la ville de Quimper (29), en charge de la nouvelle gouvernance des politiques publiques et conseillère communautaire de Quimper Bretagne Occidentale, docteure de l’École des Ponts ParisTech, spécialiste de la modélisation de la dynamique des systèmes complexes, fondatrice de la société Complexio spécialisée dans le développement d’outils d’aide à la décision pour les politiques publiques et le monde de l’entreprise et enseignante à l’École Centrale de Paris et de Pékin, à la Sorbonne et à l’École des Mines de Nancy.
 
Créée aux États-Unis à la fin des années 50 au Massachusetts Institute of Technology (MIT) par le professeur Jay W. Forrester, connue en France depuis les années 70, la dynamique des systèmes ouvre une voie originale et prometteuse à l’action publique. L’approche systémique, sur laquelle elle est fondée, a déjà donné lieu à de nombreuses applications en biologie, écologie, économie, dans les thérapies familiales, le management des entreprises, l’urbanisme, l’aménagement du territoire, etc. La dynamique des systèmes repose sur l’appréhension concrète d’un certain nombre de concepts tels que « système », « interaction », « rétroaction », « régulation », « organisation », « finalité », « globalité », « évolution », et utilise la simulation informatique. Combinant en permanence connaissance, rigueur conceptuelle et pragmatisme de l’action concrète à travers une vision systémique et pluridisciplinaire, la dynamique des systèmes se présente comme l’alliance indissoluble d’un savoir et d’une pratique.
 
Instrument efficace pour mettre en évidence les facteurs structurels agissant sur un système complexe (cellule vivante, corps humain, entreprise, économie, société, etc.) et comprendre comment il fonctionne et peut être (ré)-orienté, l’approche systémique combinée à la simulation informatique semble bien adaptée pour éclairer et orienter l’action des décideurs, qu’ils soient responsables politiques, dirigeants d’entreprises, syndicalistes, experts, responsables associatifs, hommes d’action, citoyens, etc.
 
Valérie Gacogne nous a montré comment la dynamique des systèmes et ses outils peuvent aider à la mise en œuvre de politiques publiques territoriales.

Pour aller plus loin :
L’Approche systémique : de quoi s’agit-il ? – Synthèse des travaux du Groupe Association française des sciences des systèmes cybernétiques, cognitifs et techniques (AFSCET) « Diffusion de la pensée systémique »
Société Complexio
Valérie Gacogne au conseil municipal de Quimper

Conférence « Approche systémique & scénarios d’éco-mobilité – Cas d’application du Campus Lyon Tech-la Doua de la Métropole du Grand Lyon » de Chantal Berdier

Présentation de la conférence de Chantal Berdier (PDF - 2.4Mo)

Chantal Berdier est directrice adjointe du Département génie civil et urbanisme et maître de conférences à l’Institut national des sciences appliquées (INSA) de Lyon, habilitée à diriger des recherches, chercheuse au laboratoire « Environnement Ville Société » de l’INSA, Unité mixte de recherche Centre national de la recherche scientifique (CNRS) 5600, spécialiste de la mobilité, de la propreté urbaine et des espaces publics et co-auteure de l'étude « La mobilité sur le campus Lyon Tech-la Doua : approche systémique et scénarios en éco-mobilité ».

Le campus urbain de Lyon Tech-La Doua, situé à Villeurbanne en périphérie de l’agglomération lyonnaise, est représentatif des campus universitaires pouvant s’étendre sur une grande superficie et recevoir un flux quotidien d’usagers assez important et pouvant devenir des lieux d’expérimentation de nouvelles solutions en termes de mobilité durable. Comme beaucoup d’autres sur le territoire français, il doit élaborer un plan vert ou plan énergie climat et proposer des scénarios de diminution de ses émissions de gaz à effet de serre tant pour le parc immobilier que pour le transport des usagers. En 2008, le site de LyonTech-La Doua a été retenu pour devenir un éco-campus. C’est une démarche qui vise à traduire la prise en compte des enjeux globaux de durabilité tels que la réduction des émissions de gazs à effet de serre au niveau local. L’accent est mis sur les axes forts qui devraient structurer les projets éco-campus, à savoir (Caisse des Dépôts, 2010) :

  • l’amélioration de l’intégration du campus dans son territoire ;
  • la mise en place d’une gouvernance spécifique au projet pour garantir son appropriation par les différentes parties prenantes ;
  • l’aménagement et la rénovation des sites dans un objectif de préservation des ressources ;
  • la promotion de nouveaux modes de gestion et l’évolution des comportements des étudiants, des enseignants et du corps administratif.

Le projet éco-campus LyonTech-La Doua a pour ambition de devenir une référence en matière de technologies propres, à travers une articulation de la recherche, de la formation et de l’expérimentation en impliquant les étudiants, les chercheurs, les personnels et les entreprises sur le thème de l’énergie, de la qualité de l’eau et des déplacements. Les réflexions en cours, portées par les gestionnaires du campus et des groupes de travail, cherchent à identifier les potentialités et les verrous techniques, économiques et sociaux susceptibles de constituer des points de blocage pour la mise en œuvre d’une politique innovante de mobilité.

Le travail présenté par Chantal Berdier a notamment visé à la proposition de scénarios d’éco-mobilité par l'approche systémique.

Pour aller plus loin :
Contact de Chantal Berdier sur le site du CNRS
Étude « La mobilité sur le campus Lyon Tech-la-Doua : approche systémique et scénarios en éco-mobilité »

Table ronde « La mobilité comme système dynamique complexe : retours d'expérience & perspectives en Île-de-France »

Avec :

  • Valéry Dubois, journaliste, spécialiste des questions environnementales (modérateur).
  • Chantal Berdier, INSA Lyon.
  • Didier Cumenal, président du groupe de travail « Dynamique des systèmes », AFSCET.
  • Jean Faussurier, directeur général « Accès au réseau Île-de-France », SNCF Réseau (par intérim).
  • Marc Fontanes, directeur de projets « Mobilité durable et inclusive », groupe Chronos, membre de la Fabrique des mobilités (absence excusée).
  • Valérie Gacogne, Complexio, Ville de Quimper, Quimper Bretagne Occidentale.
  • Eléonore Lacroix, directrice des Études générales, du développement et des territoires, Groupe Régie autonome des transports parisiens (RATP).
  • Enis Mansour, responsable Stratégie & finance, Klaxit Covoiturage (ex-Wayz Up).
  • Nathalie Mattiuzzo, directrice des Études de SAMARCANDE TLT, lauréat de l’appel à projets Contrat de plan interrégional État-Régions (CPIER) Vallée de la Seine 2016, coordinateur du projet « RER multimodal fret ».
  • Marion Vergeylen, chef de projet « Mobilités et consultation internationale », forum métropolitain du Grand Paris.