Méthanisation

Agriculture méthanisation

La méthanisation, un procédé naturel aux multiples vertus

La méthanisation, ou digestion anaérobie, est une technologie qui consiste à traiter naturellement les déchets organiques.
À partir de produits agricoles, de déchets agro-industriels et de déchets issus des collectivités territoriales, on forme deux co-produits. L’un destiné à une valorisation énergétique (le biogaz), l’autre à une valorisation organique (le digestat).
Le biogaz comprend majoritairement du méthane (CH4) et de dioxyde de carbone (CO2). Il est combustible et peut être utilisé pour :

  • produire de l’électricité et de chaleur ;
  • être un biocarburant (après plusieurs procédés technologiques d’épuration, on peut le transformer en biométhane (gaz naturel véhicule) ;
  • être injecté dans les réseaux de transport et de distribution de gaz naturel.

Outre la production d’énergie renouvelable, la méthanisation apporte une solution pour la gestion des déchets organiques. Grâce à elle, il est également possible de remplacer les engrais minéraux par du digestat. 
La méthanisation permet également de :

  • limiter les émissions de gaz à effet de serre ;
  • maintenir le patrimoine sol ;
  • choisir des vecteurs énergétiques pour les territoires ;
  • diversifier les activités des exploitations agricoles ;
  • créer des emplois.

La filière méthanisation en Île-de-France

En Île-de-France, la méthanisation a démarré doucement avec quelques pionniers au début des années 2010-2013. Elle est aujourd’hui en pleine expansion : 14 unités de méthanisation sont en fonctionnement sur le territoire (hors stations d’épuration), et produisent au total environ 150 GWh (chiffre 2019).

La Seine-et-Marne, pionnière en matière de méthanisation

Carte des unités en fonctionnement et à venir

Cliquer sur l’image pour l’agrandir

 PDF iconTélécharger le descriptif détaillé du visuel

Ferme d'Arcy à Chaumes en Brie (77)
Ferme d'Arcy à Chaumes en Brie (77)

Cette technologie a connu un essor tout particulier en Seine-et-Marne, avec le développement d’unités de méthanisation agricoles. 

C’est à Chaumes-en-Brie que la première unité agricole en injection en France a vu le jour. La Seine-et-Marne compte aujourd’hui 8 unités en fonctionnement. 

► Télécharger la fiche Exemples à suivre en région « Méthanisation avec injection directe du biométhane dans le réseau de gaz naturel à Chaumes-en-Brie (77) »

Une multitude de projets possibles

Les unités en injection de biométhane sur le réseau de distribution de gaz (GrDF) ou de transport (GRTgaz) sont les modèles d’unités qui se développent le plus. Des projets territoriaux, portés par des industriels de la collecte ou par des syndicats, ayant pour objectif de traiter des biodéchets sont, quant à eux, en cours de développement (on trouve une seule unité de ce type en fonctionnement depuis 2012).

Qu’il s’agisse d’un projet agricole portant sur les biodéchets, un territoire, ou des stations d’épuration, tout est envisageable. Le succès d’un projet biogaz s’appuie en revanche sur l’optimisation de différents paramètres que les ingénieurs de l’ADEME veillent à contrôler lors du montage du projet (approvisionnement en matières, taux de valorisation énergétique, maîtrise des coûts d’investissement, ou encore gestion du digestat).

L’accompagnement technique et financier de l’ADEME en Île-de-France

L’ADEME Île-de-France, soutient le développement de la méthanisation depuis 2010 par le biais du Fonds Chaleur et du Fonds Déchets.

Dans le prolongement du Schéma régional climat air énergie (SRCAE), la région Île-de-France a adopté en février 2014 sa stratégie de développement de la méthanisation. La volonté étant de regrouper, au sein d’une délibération unique, les aides qui existaient au sein des politiques déchets, eau, énergie et développement économique. 

Le succès des appels à projets

Depuis la fin de l’année 2014, l’ADEME Île-de-France et la Région organisent conjointement des appels à projets pour sélectionner et accompagner les projets de méthanisation sur le territoire.

Devant l’affluence des candidatures, deux sessions d’appels à projets sont prévues en 2019. La première session, clôturée le 19 décembre 2018 a reçu 13 candidatures. L’ouverture de la 2e session est prévue pour mars 2019 avec une clôture en juin 2019.

Depuis 2010, l’ADEME et la Région Île-de-France ont octroyé 31 M€ de subventions à 26 lauréats dont 4 stations d’épuration pour un montant d’investissement de 133 M€. Depuis le vote de la stratégie méthanisation par la Région Île-de-France en février 2014, 19 projets supplémentaires sont lauréats des appels à projets 2014-2018, dont 7 en fonctionnement début 2019 sont en injection gaz.

L’expertise de l’ADEME

En complément du dispositif d’investissement, une animation du territoire et un accompagnement des acteurs sont menés par l’ADEME et ses partenaires. Pour contribuer à la professionnalisation de la filière, des outils sont mis en place (visites, formations, base de données des gisements méthanisables…). D’autres, tels que les guides de bonne pratique ou la charte des acteurs, sont en projet.

L’ADEME et la Région Île-de-France aident également les porteurs de projets dans la réalisation d’études en amont et d’études de faisabilité.

Les projets se heurtent parfois à des difficultés qui occasionnent des retards ou des abandons : choix de technologie, rentabilité du modèle économique de l’unité, changement de Plan local d’urbanisme (PLU), avis négatif de l’Architecte des bâtiments de France (ABF), sécurisation des gisements, sécurisation de la valorisation énergétique et des gisements… Aussi, l’ADEME et ses partenaires ont engagé en 2018 une analyse détaillée des difficultés auxquelles sont confrontés les porteurs de projets pour faire évoluer l’accompagnement de la filière. Le plan d’action sera mis en œuvre à partir de 2019.